dimanche 28 avril 2013

Aliments biologiques et pesticides: les 10 fruits et légumes les plus contaminés


L’utilisation des pesticides tels qu’on les connaît (insecticides, fongicides et herbicides) a commencé dans les années 70. Quarante ans plus tard, cette pratique est devenue règle d’or et de nombreux résidus de pesticides se trouvent dans nos aliments. Rappelons que selon de récentes études, ils peuvent être la cause de cancers et présenter des menaces pour la fertilité masculine et le développement du foetus.





Chaque année, l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) analyse quelque 70000 aliments pour connaître leur teneur en résidus de pesticides. Voici ce qu’elle a trouvé, tel que le résume


- Les résidus de 338 pesticides différents dans les légumes
- 319 dans les fruits
- 93 dans les céréales
- 34 dans les produits animaux

Cependant, tous les fruits et légumes ne sont pas logés à la même enseigne. Parmi les mieux lotis: les oignons, les échalotes et l’ail (avec seulement 13,6% des échantillons contaminés), les épinards (24,5%), les asperges et poireaux (24,6%) ou les légumes racines, tels que les pommes de terre ou les radis (26%). Claude Aubert explique:


« L’essentiel des pesticides, et particulièrement des insecticides, sont utilisés à l’extérieur. Ils sont déposés sur les fruits et légumes via un pulvérisateur. C’est pourquoi les végétaux poussant à l’intérieur de la terre, tels que les pommes de terre, sont moins susceptibles d’être contaminés. »


Malheureusement tous les végétaux ne poussent pas sous terre et certains font les frais de l’omniprésence des pesticides. C’est pourquoi Claude Aubert recommande de manger bio le plus possible, car pour certains des végétaux en question, le taux de pesticides est divisé par 10 s’ils proviennent de l’agriculture bio.


« La peau des fruits est la zone où se concentrent le plus d’antioxidants et de vitamines. Mais on ne peut la consommer que si le fruit est bio, car dans le reste des cas, c’est aussi dans la peau que se concentrent les pesticides.’


Pour ce qui est des fruits et légumes les plus contaminés, voici un petit album photos:


Les concombres et courgettes
Plus d’un tiers (37,7%) des concombres et courgettes seraient contaminés, selon l’EFSA.
Mais, selon Claude Aubert, le simple fait de les éplucher permet de se débarrasser d’une bonne partie des pesticides. Rappelons que ceux-ci sont pulvérisés de l’extérieur.


 

Les légumes secs (pois, haricots, lentilles,etc.)
Près de 40% des pois, haricots et lentilles seraient contaminés.




Les fruits à noyau (avocat, abricot, mangue,etc.)
Attention, c’est là que ça devient très inquiétant: plus de la moitié des fruits à noyau (54,8%) seraient porteurs de résidus de pesticides. Il faut savoir que ces fruits, très attaqués par les insectes, font l’objet de nombreux traitements.




Les fruits à pépins (pommes, poires,etc.)
« La pomme est extrêmement attaquée par les vers et autres insectes, rappelle Claude Aubert. Elle est la plante la plus traitée en France. » Résultat: 65,2% des échantillons de pommes et poires, rangées dans la catégorie des fruits à pépins, étaient porteurs de résidus de pesticides.




Les poivrons
Les poivrons, qui sont eux aussi très attaqués par les insectes, font donc l’objet d’un traitement intensif: Les deux tiers (66%) seraient porteurs de résidus de pesticides, à égalité avec…




La salade
Environ les deux tiers des échantillons de laitue analysés présentaient des résidus de pesticides.

Mais pourquoi? « La laitue est cultivée sous serre, ce qui pourrait expliquer que les pesticides ne se dissipent pas dans l’air », explique Claude Aubert.

Ce qui expliquerait pourquoi, à l’échelle mondiale, la salade est le végétal le plus contaminé.




Les fraises
Pour la même raison que la salade, la fraise est elle aussi sujette aux pesticides: 71,3% des échantillons analysés présentaient des résidus.




Les agrumes
75% des citrons et oranges seraient porteurs de résidus de pesticides.




Les framboises
75,9% des framboises seraient contaminées.




Les raisins
A l’échelle mondiale, seuls 73,8% des raisins seraient porteurs de pesticides. Mais en France, ils seraient plus de 81%. « Le raisin porte le triste record du nombre de pesticides utilisés: 26 à lui seul, déclare Claude Aubert. En plus le raisin présente un vrai désavantage: on ne peut pas l’éplucher comme d’autres fruits, alors que c’est sur la peau que se dépose le plus grand nombre de pesticides. »


 

vendredi 26 avril 2013

tu est magnifique...

Le pouvoir du sourire...de la bienveillance...de manière certaine notre attitude, notre comportement vis-a-vis des Autres à des conséquences! qu'on le veuille ou non ! Et cela ne nous appartient pas....Nous ne somme pas, pour la majorité d'entre nous, capable de mesurer les conséquences de tout ce que nous faisons, disons..etc.. Mais ...cela a un impact autour de nous. Alors soyons heureux & positif...même (surtout!) quand ce n'est pas facile...donnons autour de nous le meilleur de nous-même

jeudi 25 avril 2013

600 000 emplois créés si on mangeait local…  



Terre de Liens Normandie lance « Le Convertisseur alimentaire » : ce calculateur permet d’évaluer le nombre possible de nouveaux paysans si l’on passait à une politique d’alimentation produite localement.

Terre de Liens Normandie lance le Convertisseur Terre de Liens


Et si on décidait de protéger la terre agricole par notre alimentation ?

Et si on décidait de ré-ancrer notre alimentation dans nos territoires ?

Et si on décidait de se rendre solidaires des paysans et paysannes (qui souhaitent explorer et construire un véritable développement alimentaire soutenable…) en généralisant le commerce alimentaire équitable de proximité ? Un commerce qui permette à cette profession (et aux activités qui lui sont liées) de retrouver une vraie autonomie face à des marchés mondiaux dont ils ne maîtriseront probablement jamais la régulation ?

Et si on développait notre citoyenneté économique créatrice d’emplois, partout, maintenant, pour montrer qu’elle est bien plus qu’un concept mais bien un acte probant, qui montre aux dirigeants de tous nos territoires et de tous bords politiques les voies possibles pour une économie agricole et alimentaire réellement soutenable, qui conteste aussi, en actes, le manque de légitimité sociale de l’actuelle PAC alors qu’une autre PAC est possible

1 187 847 : c’est le nombre (minimum !…) de paysans et paysannes (installé-e-s en bio) que nous devrions avoir en France (contre moins de 500 000 actuellement…) si tout le monde mangeait local.

22 963 759 : c’est le nombre d’hectares de Surface Agricole Utile (SAU) que nous pouvons protéger de nombreux mésusages grâce aux nouvelle Dynamiques de Développement Économique par l’Alimentation Locale (new-DDEAL…).
Ce sont également autant de terres agricoles soustraites à la compétition économique alimentaire mondiale qui ruine les possibilités d’auto-développement et de souveraineté alimentaire des pays « dits » non ou peu développés.

17 193 800 : c’est le nombre d’hectares de SAU nécessaires pour se nourrir localement si nous faisons évoluer notre régime alimentaire en diminuant notre consommation de viande rouge au profit de la viande blanche et des protéines végétales.

5 769 959 : c’est la surface agricole que cette évolution progressive vers un régime alimentaire moins carné pourrait dégager ; autant de terres agricoles que nous pourrions alors destiner aux autres fonctions « oeconomiques » (se loger, se vêtir, se chauffer, etc.). Celles dans lesquelles il nous faut investir et innover pour réaliser la nécessaire transition agricole telle que la dessinent certains scénarios d’alter-développement comme Afterre 2050.

Terre de Liens Normandie vous invite donc à

calculer le nombre de paysans que vous pouvez soutenir et installer près de chez vous

et à passer à l’action solidaire et écologiquement responsable ici et maintenant.

Source : Convertisseur Terre de Liens Normandie

Photo : Greenchamade

Ecouter par ailleurs : Qu’est-ce que Terre de Liens ?


Source : Reporterre Le site de l’écologie

mercredi 24 avril 2013

LA DÉPRESSION : TOUT LE MONDE PEUT EN SOUFFRIR UN JOUR ET S’EN SORTIR!


L'attente du retour vers la santé peut paraître longue parfois et très souffrante quand on vit une période de dépression. Je dis ``état`` car ce n'est que passager, mais la souffrance vécue est bien réelle.

Il existe plusieurs points d'acupression à employer, à titre complémentaire, pour apaiser cet état que vous vivez e...t pour vous aider à retrouver le chemin vers la joie de vivre, libéré de vos souffrances. :)

NOTE IMPORTANTE : Quand on parle de dépression, on parle de « souffrance», on parle d’un être humain souffrant. Il faut donc au départ savoir à quel niveau se situe la dépression car il faut distinguer une bonne déprime d’un état plus sérieux. Alors si votre état de dépression est profond il ne faut jamais attendre et consulter aussitôt un médecin qui pourrait vous prescrire des médicaments qui vous permettront de respirer le temps de passer au travers. L’acupression n’est donc pas un substitue pour traiter la dépression mais peut être un bon complément naturel pour retrouver l’équilibre du corps et de l’esprit.

LE POINT 20 VG : ce point est utilisé en médecine chinoise depuis 5000 ans pour toutes les formes de dépressions, incluant la dépression post-partum, fatigue psychique, maux de tête (situés au sommet de la tête), troubles de la vision, étourdissements.

****ATTENTION**** : Pour calmer et détendre les tensions psychiques il faudra, dans ce cas précis, masser (faire des rotations fortes) dans le ``sens inverse des aiguilles`` d’une montre pour créer une ``dispersion`` de l’énergie.

LOCALISATION: (VOIR PHOTO) Ce point se situe au sommet de la tête dans une petite dépression sur la ligne joignant le haut des deux pavillons de l'oreille. Point sensible à la pression. Il se trouve précisément à l'emplacement de l'ancienne petite fontanelle. C’est un point sensible.

FRÉQUENCE: Massez ce point par pressions circulaires fortes avec un doigt pendant environ 3 minutes au moins trois fois par jour. Encore plus souvent si vous en sentez le besoin et que ça vous fait le plus grand bien. Vous pouvez aussi masser toute cette région (la ligne indiquée) sur le dessus de la tête avec les doigts de votre main, car deux autres bons points sont justes à côté de celui indiqué ici et sur la même ligne. Vos quatre doigts suffiront pour masser en même temps l'ensemble de ces trois points.

L'important, c'est de s'asseoir confortablement dans un endroit calme, de fermer ses yeux et de respirer profondément à partir du ventre en massant ce point d'acupression. Ne sous-estimez pas le pouvoir de la respiration pour rétablir votre énergie vitale. Ayez de la compassion pour vous-même, pour cet état de souffrance. Comme je l’ai dit précédemment, certains cas de dépression nécessitent un rendez-vous chez le médecin. N'hésitez pas à demander de l'aide.

NOTE : CE POINT, QU’ON NOMME ``HAPPY POINT`` EN ANGLAIS, SOIT ``LE POINT DE LA JOIE`` AGIT AUSSI MERVEILLEUSEMENT BIEN SUR LES TROUBLES ET PERTE DE LA MÉMOIRE.

****ATTENTION**** : Pour favoriser toutes les fonctions intellectuelles, en particulier la concentration et la mémoire, il faut dans ce cas précis masser (rotations) dans le ``sens normal des aiguilles`` d’une montre (pour tonifier ce point).

TECHNIQUE : Massez dans le sens des aiguilles d’une montre (tonification) avec un doigt par pressions circulaires douces de deux à trois minutes d’une à deux fois par jour.

N’oubliez surtout pas de respirer lentement et profondément du ventre en effectuant le massage. Ça maximise les effets positifs sur votre mémoire.

mardi 9 avril 2013

Les confessions d'un assassin financier - John Perkins

"Les assassins financiers, écrit John Perkins, sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l'extorsion, le sexe et le meurtre." John Perkins sait très bien de quoi il parle... Il a été lui-même un assassin financier. Son travail consistait à convaincre certains pays stratégiquement importants pour les États-Unis, comme le Panama ou l'Indonésie, d'accepter d'énormes prêts pour le développement de leurs infrastructures, et à s'assurer que tous les projets lucratifs étaient confiés à des entreprises américaines. Ainsi affligés de lourdes dettes, ces pays se retrouvaient alors sous le contrôle du gouvernement américain, de la Banque mondiale et d'autres organisations humanitaires dominées par les États-Unis, qui se comportaient envers eux comme des usuriers, leur dictant les conditions de remboursement et forçant leurs gouvernements à la soumission. Cet extraordinaire récit véridique dévoile la corruption et les intrigues internationales, ainsi que des activités gouvernementales ou entrepreneuriales peu connues, qui ont de graves conséquences pour la démocratie américaine et le monde entier.


Auteur : Perkins John
Ouvrage : Les confessions d'un assassin financier Révélations sur la manipulation des économies du monde par les États-Unis
Année : 2004
Lien de téléchargement: Perkins_John_-Les_confessions_d_un_assassin_financier.zip


dimanche 7 avril 2013

Entre 20 et 30.000 milliards de dollars cachés dans les paradis fiscaux !

Propos recueillis par Marina Torre

Une liste de noms de personnalités soupçonnées d'avoir monté des sociétés ou de détenir des comptes offshores vient d'être dévoilée. Ces fuites spectaculaires braquent à nouveau le projecteur sur les paradis fiscaux. Mais qu'est-ce qu'un "paradis fiscal" et comment tant de milliards ont-ils ainsi pu être dissimulés? Eclaircissements de Xavier Harel, auteur d'un livre* sur le sujet et d'un documentaire pour Arte en cours de montage.

Sable blanc, lagon bleu turquoise, cocotiers... et montages financiers douteux. Le paradis fiscal a ses clichés. Mais derrière la carte postale se cache une réalité peu évidente à appréhender. Combattu en 2009, notamment par le G20 et l'OCDE qui a dressé des "listes noires" et "grises", il revient avec force dans le paysage avec les documents publiés par un collectif de journalistes. Xavier Harel, ancien journaliste de la Tribune et auteur d'un livre paru en 2010 - La grande évasion - et bientôt d'un documentaire sur les paradis fiscaux, explique ce qu'ils sont vraiment aujourd'hui, et quels enjeux ils représentent.
 
Qu'est-ce qu'un paradis fiscal?
C'est un concept englobant qui a quatre dimensions. Une fiscalité faible sur les plus-values immobilières ou sur les bénéfices. Une grande opacité qui consiste à refuser de communiquer à l'administration des élements d'information sur ses clients. C'est l'élément le plus important et le plus recherché. L'instrument c'est le secret bancaire, qui existe en Suisse, mais pas seulement. Il existe aussi en Autriche, au Luxembourg, en Belgique. L'opacité peut aussi être cherchée dans le Delaware aux Etats-Unis où plus de 950.000 sociétés sont enregistrées.
Ce n'est pas le seul moyen. Il y a aussi la création de trusts. Il s'agit de confier des biens - qui peuvent être matériels comme des maisons, des tableaux... à un trustee qui en devient le propriétaire officiel. La pratique date des Croisades. Quand les croisés partaient pendant plusieurs mois, ils confiaient leur famille, leurs terres à un homme de confiance, d'où le terme de "trust" en anglais qui signifie confiance. Et bien sûr, il n'y a pas de registre des bénéficiaires de ces trusts, on ne peut donc pas savoir qui est derrière puisqu'il n'y a pas de coopération. Dans l'affaire Wildenstein par exemple (le célébre marchand d'art Guy Wildenstein a été mis en examen le jeudi 24 janvier pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, NDLR), entre un et dix milliards de dollars de tableaux étaient confiés à des trusts. Certains étaient accrochés dans des musées mais appartenaient à des trusts domiciliés aux Caïmans.
Le troisième élément est une législation peu contraignante pour les activités financières. Ce sont des paradis réglementaires où les exigences prudentielles sont très faibles. C'est la raison pour laquelle de très nombreux hedge funds américains sont entregistrés aux Caïmans. En Europe, le Luxembourg est un paradis fiscal pour les Sicav.
Le quatrième élément est l'absence ou la faible coopération judiciaire. Si un soupçon de fraude pèse sur quelqu'un et qu'une commission rogatoire est lancée, il sera très difficile au juge français par exemple d'obtenir des informations. Ainsi, à Singapour, il faut d'abord demander son autorisation au titulaire du compte pour divulguer ses informations à la justice...
Il est rare de trouver des territoires où ces quatre éléments soient tout réunis fois. Mais certains restent encore plus attractifs que d'autres comme les Bermudes ou les îles Vierges britanniques.

Ces places "offshore" ne servent-elles en fait que de "tuyaux"?
Oui. Aux îles Caïmans où nous avons tourné le documentaire, il ne se passe rien. L'industrie financière n'est même pas visible. Il y a plus de 400 banques sur place mais pas une n'a pignon sur rue. Il s'agit d'employés qui font du "booking". Evidemment, l'argent n'est pas aux îles Caïmans. C'est un jeu de miroirs. C'est ainsi que les investissements de Chypre en Russie ont pu être aussi massifs. Et il existe une quantité de montages entre paradis fiscaux. Un simple compte en Suisse, c'est pour les professions libérales! Ce n'est pas très sophistiqué. La technique plus évoluée serait plutôt le trust à Jersey lié à un holding aux îles Caïmans qui détiendrait des actifs réels comme un château en Angleterre, une entreprise en France et du cash en Suisse par exemple.

Comment remonter la piste?
Si le fisc commence à s'intéresser à ces montages pour enquêter sur d'éventuelles fraudes, il faudra beaucoup de courage, de temps et d'énergie pour remonter tous les fils. D'autant plus que ces structures sont montées avec des clauses de fuite: dès que la justice commence à s'intéresser à une de ces sociétés, le trustee à pour mission de la fermer et d'en créer une autre. Tout s'est très bien organisé...
Dans quelle mesure l'affaire des "Offshore leaks" remet-elle en cause ce système?
C'est un travail extraordinaire, les journalistes ont pu avoir accès à des millions de documents fournis pas des "insiders". Cela peut contribuer à secouer les gens. Il faut tout de même savoir qu'il y a entre 20.000 et 30.000 milliards de dollars qui sont cachés dans les paradis fiscaux. Cela représente les trois quarts de la dette mondiale. Ce n'est pas toujours illégal mais cela représente des pertes colossales pour les Etats. Ce sont paradis fiscaux qui bousillent notre démocratie.

Quelles sont les pistes pour tenter d'y mettre fin?
Les Etats-Unis ont quasiment été les seuls à réagir. Une loi appelée "Fatca" [Foreign account Tax Compliance act"] oblige toutes les banques qui veulent exercer sur leur territoire à signaler les contribuables américains qui possèdent des comptes chez eux. S'ils ne transmettent pas les données, ils ne peuvent pas ouvrir de succursale dans la première économie du monde. Ils sont en train de négocier ce dispositif. Nous pourrions faire la même chose en France.
S'il y a bien un angle d'attaque, ce sont les banques. Par exemple, si un établissement comme la BNP est présente en Suisse, aux Caïmans et dans d'autres territoires, ce n'est évidemment pas pour leurs clubs de vacances mais pour leurs structures qui permettent l'évasion fiscale. Ces banques proposent même à leurs clients des services en ce sens.
* "La grande évasion : le vrai scandale des paradis fiscaux" (Actes Sud)

Source

Corruption dans la société française : Quand l'administration couvre l'évasion fiscale

jpg--2-.jpg 
Journaliste de France Inter : "Est-ce que l'appareil d'état est à la hauteur des proclamations politiques de ces dernières années que l'on a beaucoup entendues sur la lutte contre l'évasion fiscale ?"



Antoine Peillon : "Il y a visiblement une volonté politique qui est entravée, voir sabotée par une partie de l'administration".

Journaliste : "C'est à dire ?"

A.P. : "Et bien en l'occurrence je désigne le renseignement intérieur qui sur certains points visiblement ne transmet pas les informations dont il dispose, elles sont nombreuses, ce sont des officiers de cette maison qui le disent. Il est de notoriété publique que; à Bercy les fonctionnaires ne travaillent pas forcément au régime de récupération de ce qui est la fraude fiscale, il y a une réforme à faire, elle est proposée aujourd'hui par un groupe de travail à l'Assemblée Nationale, ils travaillent ferme sur une proposition de loi qui va être étayée par des expertises très importantes de policiers, d'avocats et de magistrats spécialistes en matière fiscale. Voilà, la volonté politique elle est évidente depuis un an, en revanche, en résultat pour l'instant nous n'avons rien."

Journaliste : "Mais pour quelle raison ?"

A.P. : "Il y a même eu trahison, on peut le dire, quand un ministre du budget est pris presque un an après une élection présidentielle, en flagrant délit, d'évasion fiscale par les circuits les plus classiques qui sont dénoncés publiquement depuis longtemps, c'est bien qu'il y a une trahison."

J : "Mais pourquoi cette inertie comme vous dites Antoine Peillon, c'est par quoi, par paresse, par incompétence ou parce qu'il y a des intérêts, c'est, quel est le..."

A.P. : "Il y a bien sûr des intérêts et donc des conflits d'intérêts, pour ne pas dire des corruptions. Il est notoire que pendant de nombreuses années, et au sein de la plus haute administration, et au sein d'un certain personnel politique, le recueil de l'avantage qu'il y avait à avoir des évadés fiscaux et de l'évasion fiscale était évident".

J : "Ce que vous mettez en cause c'est l'état-major de la DCRI (ndt : Direction centrale du renseignement intérieur issue de la fusion de la DST et des RG en 2008) tel qu'il a été établie sous le quinquennat précédent, c'est bien ça ?"

A.P. : "Clairement, clairement, qui a été instrumentalisé et qui a servi volontairement les intérêts d'un clan politique. C'est établi et je l'ai écrit et publié l'an dernier dans mon livre. Un livre majeur, "L'espion du président", paru à la même époque faisait le détail de comment cette maison, la DCRI était au service d'un clan, et bien, les hauts fonctionnaires et les cadres de cette maison de l'époque sont toujours à l'œuvre."

[...]

Antoine Peillon par franceinter

La musique soigne-t-elle ?


Musique-medecineSelon une nouvelle analyse de 400 articles scientifiques publiés, l’idée que la musique soigne pourrait être vraie. Des psychologues canadiens de l’Université McGill (Québec) ont montré que les avantages neurochimiques de la musique peuvent stimuler le système immunitaire de l’organisme, réduire l’anxiété et aider à réguler l’humeur. Le temps est venu, selon les chercheurs, à ce que les médecins et les thérapeutes commencent à prendre les effets de la musique un peu plus au sérieux.
La recherche publiée cette semaine (lien plus bas) fut motivée par le nombre croissant d’études basées sur des preuves portant sur l’intervention de la musique (par opposition à la musicothérapie, qui est encore autre chose). Avant ce passage en revue, personne n’avait vraiment pris le temps d’analyser ce que toutes les nouvelles preuves suggéraient.
En effet, la musique est fréquemment utilisée à des fins d’automédication; bon nombre d’entre nous écoutent de la musique comme un moyen pour nous calmer ou nous donner un coup de pouce. Et nous le faisons aussi souvent, sinon plus, que par le café ou l’alcool.
Par ailleurs, et comme Mona Lisa Chanda et Daniel Levitin le font remarquer dans leur étude, la musique est utilisée dans certains milieux cliniques pour promouvoir la santé et le bien-être, y compris la gestion de la douleur, la relaxation, la psychothérapie et la croissance personnelle. Mais ces efforts sont d’abord guidés par un sentiment intuitif que la musique à un effet bénéfique; de nombreux praticiens de santé ont simplement pris pour acquis que la musique aide.
Afin de corriger cela, Chanda et Levitin ont montré qu’il y a beaucoup d’études qui relient la musique à des processus neurochimiques spécifiques. Dans leur analyse, qui a étudié plus de 400 documents de recherche, ils ont cherché des modèles dont les preuves scientifiques étayaient l’affirmation selon laquelle la musique pouvait affecter de manière positive la chimie du cerveau .
Ils ont réussi à isoler quatre domaines dans lesquels la musique peut aider :
La motivation et le plaisir (pour aider dans les troubles alimentaires, par exemple)
Le stress et l’excitation (pour aider à réduire l’anxiété)
L’immunité (pour renforcer le système immunitaire de l’organisme et le ralentissement du déclin liés à l’âge)
L’appartenance sociale (pour aider à bâtir la confiance et la cohésion sociale)
Les chercheurs ont relié ces domaines avec les quatre principaux systèmes neurochimiques :
La dopamine et les opioïdes
Le cortisol (et les hormones apparentées)
La sérotonine (et les hormones apparentées)
L’ocytocine
Par exemple, les chercheurs ont découvert dans 15 études que le cortisol, une hormone du stress, avait chuté après avoir écouté de la musique relaxante. Il y a aussi une étude qui décrit comment les personnes âgées peuvent inverser le déclin lié à l’âge en participant à un groupe de cercle de tambours (des neurones semblent être activés en synchronisation avec le tempo). Des études ont montré que le chant en groupe libère l’ocytocine, qui peut aider à favoriser le sentiment de connexion sociale. Encore plus incroyable, une étude a démontré que les patients qui ont écouté de la musique avant une chirurgie étaient moins anxieux que les personnes qui ont pris des anxiolytiques comme le Valium, et sans le cout, ni les effets secondaires. Les scientifiques pensent que la musique pourrait stimuler la libération de peptides opioïdes endogènes dans le cerveau.
Les auteurs font également remarquer dans leur étude :
Bien que la preuve est souvent faible ou indirecte et que toutes les études souffrent de limitations importantes, les données examinées fournissent un support préliminaire pour affirmer que des changements neurochimiques arbitrent pour l’influence de la musique sur la santé. 
La musique fait partie de ces choix de vie qui peuvent réduire le stress, protéger contre la maladie et gérer la douleur.
Pour ce qui est des prochaines étapes, Chanda et Levitin ont l’espoir de voir la musique utilisée dans un certain nombre de protocoles médicaux et de santé, y compris son utilisation comme calmant avant une intervention chirurgicale, ou même pendant les opérations, comme durant une intervention dentaire.
La promesse des traitements basés sur la musique, c’est d’être non invasifs, de ne pas avoir d’effets secondaires (ou minimes), et d’être peu couteux, pratique et tout à fait naturel, selon les scientifiques. Voilà qui contraste avec les benzodiazépines destinées à réduire l’anxiété préopératoire, qui sont connues pour induire un certain nombre d’effets secondaires indésirables, comme l’amnésie, l’agitation et l’hyperactivité.
Ils espèrent également voir davantage de recherches reliant les bienfaits thérapeutiques de la musique à des réactions neurochimiques dans le cerveau.
En outre, les chercheurs ont noté que la musique lente et les mélodies douces ont tendance à être plus relaxantes que de la musique plus rapide, et que le contrôle du patient sur le type de musique est essentiel à la réussite.
L’étude au format PDF publiée dans The Trends in Cognitive Science : The neurochemistry of music.

vendredi 5 avril 2013

Vaccins...(à savoir) avant de faire vacciner!

Voici une compilation de documents sérieux, aux sources fiables, remettant en question l’efficacité et l’innocuité des vaccinations.
Des informations nécessaires pour faire le bon choix.

_______________________

Vaccins : Accédez à l’Entièreté des Faits


Un rapport de l’International Medical Concil on Vaccination signé par plus de 80 médecins de famille, chirurgiens spécialistes du cerveau et professeurs de pathologie, de chimie et en immunologie, disant que les vaccins présentent un risque grave d’atteinte à la santé des enfants, et qu’aucune science véritable n’étaye la « mythologie vaccinale » prétendant que les vaccins seraient, d’une façon ou d’une autre, bons pour les enfants.
Lire le Rapport
Télécharger le Document en PDF
_______________________

La soupe vaccinale plaira-t-elle à tout le monde?

Votre médecin vous a-t-il jamais dit que les vaccins pouvaient contenir des résidus de cellules d’insectes, de levures, de cerveaux de souris, des tissus de porcs, de cobayes, de lapins, de chiens, de la lymphe de veaux, des tissus d’œufs de poule, d’ embryons de poulets, des cellules de reins et de testicules de singes, des cellules rétiniennes, des cellules de fœtus humains avortés et des cellules cancéreuses ?..
Lire la suite sur Expovaccins
_______________________

Les enfants non vaccinés sont en bien meilleure santé :


Les enfants non vaccinés sont en bien meilleure... par Les_Enculumines


Lire : “Enquête : Les enfants non vaccinés sont en nettement meilleure santé – Leurs taux de maladies chroniques et d’autisme sont nettement plus faibles”
_______________________

Les enfants les plus sains dans le futur seront ceux qui n’auront pas été vaccinés

La génération actuelle d’enfants non vaccinés fera partie de celles les plus saines du monde, et ce sera à leurs parents que ces enfants-là le devront. Le refus d’un nombre significatif de parents de vacciner leurs enfants a créé une population considérable, qui se chiffre en millions à travers le monde, et a soulevé un nombre important de questions de santé publique, parmi lesquelles celle de savoir pourquoi nous continuons à vacciner tout court.
Lire la suite sur Expovaccins
_______________________

Rencontre avec le Dr Alain Scohy

Dans cette vidéo, le Dr. Alain Scohy explique son cheminement, et raconte comment il est passé de médecin de campagne généraliste à une nouvelle approche de la médecine, de la biologie et de la vie.
 
_______________________

Interview du pédiatre le Dr Lawrence Palevsky



______________________

Dr Françoise Berthoud :
La santé des enfants non vaccinés

 


Dr Françoise Berthoud: La santé des enfants non... par Wakeup-


_______________________

Sylvie Simon : Le scandale vaccinal

 

Site Officiel
Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins
Le principe vaccinal ne relève pas de la science mais de la foi
_______________________

Le biologiste Michel Georget :

_______________________

La biochimiste Edith Gallay :

 
 _______________________

Le Dr Jean Meric :

Vaccinations : Je Ne Serai Plus Complice !
Dr Meric
 

AMESSI® Amessi.Org

 
_______________________

Documentaire Silence, On Vaccine
réalisé par la québécoise Lina B. Moreco

Sypnosis :


“De nos jours, l’enfant nord-américain reçoit environ 48 doses de 14 vaccins différents avant l’âge de six ans, soit le double du nombre prescrit 25 ans auparavant.


Des recherches en cours semblent indiquer que la vaccination serait directement responsable de désordres immunitaires ou neurologiques chez certaines personnes prédisposées génétiquement ou neurologiquement à mal réagir aux composantes des vaccins. Autisme, sclérose en plaque, syndrome de Guillain-Barré, myofasciite à macrophages, encéphalites, paralysies, neuropathies et autres; la liste des maladies répertoriées indique bien la gravité de la situation.


Avec Silence, on vaccine, Lina B. Moreco trace un portrait inquiétant de cette problématique qui touche l’ensemble de la société. Tourné au Québec, en France et aux États-Unis, son documentaire souligne l’ampleur du phénomène. Outre les victimes, les familles et les citoyens, des chercheurs de haut niveau donnent leur avis sur la question et aident à démythifier les processus complexes régissant les effets secondaires de la vaccination.


Loin de rejeter les avantages indéniables et largement documentés de la vaccination pour l’ensemble de la population, Silence, on vaccine met en lumière la nécessité de soutenir des recherches pour mieux comprendre les effets à long terme des vaccins et ainsi mieux protéger la minorité à risque. Ce documentaire profondément humain soulève une question aussi fondamentale que troublante : combien de personnes peut-on accepter de sacrifier dans le silence au nom du bien commun?”


Site Officiel
Blog de la Réalisatrice
_______________________

Sites Incontournables pour s’Informer :

La Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations
Expovaccins
Initiative Citoyenne
Amessi
 SOURCE: http://lesinsoumis.org/dossier-vaccins-ce-quil-faut-savoir-avant-de-faire-vacciner-ses-enfants/

lundi 1 avril 2013

c'est la banque qui imprime la destinée du pays (Richard Bohringer )

Richard Bohringer : c'est la banque qui imprime la destinée du pays 

On n'est pas couché - 30 mars 201



   

Qui contrôle l’argent ? Une banque centrale du monde, responsable devant personne !



~Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
1337256000000-cachedUne organisation internationale immensément puissante dont la plupart des gens n’a jamais entendu parler contrôle secrètement toute la source monétaire mondiale. Elle est appelée la Banque des Règlements Internationaux (ou BRI, BIS en anglais pour Bank for International Settlements) et elle est la banque centrale des banques centrales. Elle est localisée à Bâle en Suisse et possède des succursales à Hong Kong et à Mexico City. Elle est essentiellement une banque centrale du monde dont les membres ne sont pas élus et ne sont responsables devant personne ; elle possède une immunité totale contre toute imposition que ce soit ainsi que contre les lois nationales. Même Wikipedia admet “qu’elle n’est responsable devant aucun gouvernement”. La BRI fur utilisée pour blanchir l’argent des nazis durant la seconde guerre mondiale, mais de nos jours, le but de la BRI est de guider et de diriger le système financier global et sa planification centralisée.
Aujourd’hui, la BRI se compose de 58 banques centrales et elle a bien plus de pouvoir sur la performance de l’économie américaine (et au delà de toute autre économie) dans l’année à venir que n’importe quel politicien. Tous les deux mois, les banquiers centraux du monde se réunissent à Bâle pour une nouvelle “réunion sur l’économie mondiale”. Durant ces réunions, des décisions sont prises qui affecteront la vie de chaque personne sur la planète et pourtant personne d’entre nous n’a quoi que ce soit à dire ou y redire. La Banque des Règlements Internationaux est une banque qui fut créée par l’élite mondialiste et elle opère pour son bénéfice; elle est supposée être une des pierres angulaires du système économique unique mondial émergeant. Il est primordial que nous éduquions les gens sur cette organisation, sur ce qu’elle est, ses plans de domination de l’économie mondiale.
Malheureusement, seulement un tout petit nombre de personnes est au courant de ce que la BRI est en realité et encore moins de gens sont au courant des réunions sur l’économie mondiale qui se tiennent à Bâle tous les deux mois.
Ces réunions firent l’objet d’un article récent du Wall Street Journal (in the Wall Street Journal…)
Chaque deux mois, plus d’une douzaine de banquiers se rencontrent ici un dimanche soir pour discuter et dîner ensemble au 18ème étage de ce bâtiment cylindrique contemplant le Rhin.
Les discussions qui s’y tiennent sur l’argent et l’économie sont plus qu’académiques. A la table se tiennent les patrons des plus grosses banques centrales mondiales, représentnat des pays qui produisent annuellement plus de 51 000 milliards de dollars en PIB, les trois-quarts de l’économie mondiale.
L’article poursuit sur le descriptif de la pièce où se tiennent ces réunions sur l’économie mondiale. Cela semble sorti tout droit d’un roman…
Le patron de la Banque d’Angleterre Mr King mène les discussions du dîner dans une pièce décorée par la firme aerchitecturale suisse Herzog & de Meuron, la même entreprise qui a créée le “nid d’oiseau”, stade olympique des JO de Pékin. (NdT: Nous avons dit à maintes reprises ici même que la City de Londres, où siège la Banque d’Angleterre, est le véritable centre de l’économie mondiale et que Wall Street n’existerait pas sans la City, cette disposition des réunions et sa hiérarchie ne fait que confirmer cet état de fait..). Les hommes ont des places désignées autour d’une table ronde qui trône au milieu d’une pièce parfumée d’orchidées blanches, encadrée de murs blancs, d’un plafond noir et de vues panoramiques.
Les banquiers centraux qui se rassemblent lors de ces réunions ne sont pas là seulement pour socialiser. Aucun membre du personnel des banques n’est admis à ces réunions et celles-ci s’effectuent dans une atmosphère de secret absolu…
Les affaires sérieuses suivent les entrées, le vin et les petites discussions, d’après des personnes familières avec ces dîners. Mr King traditionnellement demande à ses collègues de parler des conditions économiques de leur pays respectif. D’autres posent des questions. Les réunions n’ont aucun transcrit, compte-rendus officiels ou officieux, aucun personnel des banques n’y est admis. Ainsi donc , la destinée de l’économie mondiale est-elle exclusivement déterminée par un groupe de banquiers centraux, personnes non élues, non-représentatives, au cours de réunions secrètes dont personne n’entend jamais parler ?
Cela ne semble pas très “démocratique”.
Néanmoins, ceci est la direction vers laquelle la “gouvernance mondiale” nous emmène. L’élite (NdT: auto-proclamée il va sans dire…) croit que les “grandes décisions” sont bien trop importantes pour être laissée “aux gens” et donc la vaste majorité des “institutions internationales” qui ont été établies par cette “élite”, opèrent de manière totalement indépendante du processus démocratique.
Il est bien triste de constater que tout ceci a été planifié de la sorte depuis bien longtemps.
Dans un récent article intitulé: “Who Runs The World? Solid Proof That A Core Group Of Wealthy Elitists Is Pulling The Strings“, j’ai inclus une citation du professeur d’histoire de l’université de Georgie, Carroll Quigley, citation d’un livre qu’il écrivit en 1966 et dans lequel il parlait des grands plans que l’”élite” avait pour la Banque des Règlements Internationaux:
Les puissances du capitalisme financier avaient un but plus ambitieux, rien de moins que de créer un système de contrôle financier mondial, qui serait mis dans des mains privées et qui serait capable de dominer le sytème politique de chaque nation ainsi que l’économie mondiale dans son entièreté. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales mondiales agissant de concert par le biais de réunions secrètes fréquentes au cours lesquelles des accords seraient établis pour y parvenir. Le summum de ce système serait la Banque des Règlements Internationaux (BRI) de Bâle en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales mondiales, étant elles-mêmes des entreprises privées.”
A cette époque, la BRI commençait seulement son rôle majeur dans les affaires internationales. Mais au fil des ans, la BRI devint de plus en plus importante. Ce qui suit est un extrait d’un article de Ellen Brown (by Ellen Brown)
“Pendant des années la BRI tint profil bas, opérant de derrière le rideau depuis un hôtel abandonné. Ce fut là que des décisions importantes telles que dévaluer ou réévaluer des monnaies furent prises, ou fixer le prix de l’or, réguler les paradis fiscaux, augmenter ou baisser les taux directeurs. En 1977, la BRI abandonna son anonymité en échange d’un QG plus efficace. Le nouveau bâtiment fut décrit comme “une tour circulaire de 18 étages s’élevant au dessus de la cité médiévale comme un réacteur nucléaire complètement déplacé.” Le bâtiment fut vite reconnu comme “La tour de Bâle”. Aujourd’hui la BRI a une immunité gouvernementale, ne paie aucun impôt et possède sa propre force de police privée. Elle est, comme l’avait envisionné Mayer Rothschild, au dessus des lois.
Oui, ceci ressemble beaucoup à la Tour de Babel comme vous pouvez le constater sur la photo de cette article ( in this article). Une fois de plus, l’”élite”mondialiste essaie d’unifier l’humanité sous un système unique et ceci n’est certainement pas une bonne chose.
Beaucoup de ces élitistes sont totalement convaincus que la “gouvernance mondiale” correspond à ce dont l’humanité a désespérément besoin. Ils nous disent même publiquement ce qu’ils comptent faire, mais les gens n’écoutent pas.
Ceci par exemple, est un extrait du discours que l’ancien président de la Banque Centrale Européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, fît au Council on Foreign Relations (CFR) à New York…
Dans le domaine de la coopération de la banque centrale, la réunion sur l’économie mondiale constitue le forum principal, qui se réunit au QG de la BRI à Bâle. Ces dernières années, ce forum a réuni 31 gouverneurs de banques centrales comme membres permanents plus un certain nombre de gouverneurs se rendant aux réunions sur une base de rotation. La réunion sur l’économie mondiale, à laquelle tous les gouverneurs de Banque Centrale des économies systémiques émergentes participent, est devenue le groupe principal de gouvernance mondiale parmi les banques centrales.
Le discours s’appelait “La gouvernance mondiale aujourd’hui”, et vous pouvez trouver le transcript complet ici: right here. La plupart des gens n’ont jamais entendu parler d’une chose telle qu’ “une réunion sur l’économie mondiale” pour la simple et bonne raison que les médias n’en parlent que très, très rarement. Ils sont trop occupés à mettre sous les feux de la rampe les derniers scandales des célébrités ou les dernières escarmouches entre les démocrates et les républicains.
Si vous allez sur le site internet de la BRI, vous y verrez que les objectifs de l’organisation paraissent pour le moins innocents et même un peu ennuyeux…
La mission de la Banque pour les Règlements Internationaux (BRI) est de servir les banques centrales dans leur recherche de stabilité monétaire et financière, de développer la coopération internationale dans ces domaines et d’agir comme une banque pour les banques centrales
De manière générale, la BRI remplit sa mission en:
  • Promouvant la discussion et en facilitant la collaboration entre les banques centrales
  • Soutenant le dialogue avec les autres autorités qui sont responsables de la stabilité financière.
  • Conduisant des recherches sur les problèmes politiques confrontant les banques centrales et les autorité de supervison financières.
  • Agissant comme contre-partie principale pour les banques centrales dans leurs transactions financiéres et
  • Servant d’agent ou de trustee en connexion avec les opérations financières internationales.
Le bureau principal est à Bâle en Suisse et il existe deux bureaux de représentation internationale: un dans la région administrative spéciale de Hong Kong pour la République Populaire de Chine et un autre à Mexico City.
Mais quand vous commencez à regarder aux détails de l’opération, les choses deviennent bien plus intéressantes.
Comment donc la BRI parvient-elle à réaliser la “stabilité monétaire et financière” ? Un article publié sur Invertor Insight ( on investorsinsight.com) décrit comment cela est accompli…
C’est fait par le contrôle des devises. Elle détient actuellement 7% de toutes les devises du monde, dont l’unité de mesure a été changée en Mars 2003 du Franc suisse or aux Special Drawing Rights (SDR), une monnaie artificielle dont la velur est basée sur un panier de monnaies (44% de US$, 34% d’Euros, 11% de Yen japonais et 11% de Livres britanniques)
La banque contrôle également une énorme quantité d’or, qu’elle à la fois stocke et prête, lui donnant un très bon levier sur le prix des métaux et la puissance que cela apporte sur le marché, car l’or demeure toujours la seule monnaie universelle. Les réserves d’or de la BRI ont été listées dans le dernier rapport en date (2005) à 712 tonnes. Quel est la quantité d’or en stock et la quantité prêtée ? Information non divulguée.
En contrôlant les changes ainsi que l’or, la BRI peut s’engager sur du long terme à déterminer les conditions économiques de tout pays. Rappelez-vous que la prochaine fois que Ben Bernanke (NdT:patron de la Réserve Fédérale américaine) ou le président de la BCE annoncent un hausse des intérêts, vous pouvez parier que cela ne s’est pas fait sans l’accord du bureau de la BRI.
Ces dernières années, il est devenu de plus en plus évident qui possède véritablement le pouvoir.
Quand Barack Obama parle, les marchés bougent en général très peu.
Quand Ben Bernake parle, les marchés répondent souvent avec de vastes mouvements.
Un article récent publié sur CNBC et intitulé: ““Central Banks: How They Are Ruling the Financial World” détaillait l’impact énorme qu’ont eu les banques centrales sur le système financier mondial en 2012…
En tout, 13 autres banques centrales dans le monde ont suivi la Fed et ramené leur taux d’intérêt très proche de zéro dans un effort de conserver les liquidités et de doper leurs économie malades. Ces 14 économies représentent un incroyable 65 000 milliards de dollars en obligations de capitalisation de marché et d’équités combinés d’après Bank of America Merrill Lynch.
Plus loin dans le même article, l’auteur parle des sommes très importantes d’argent que les banques centrales ont créé de l’air du temps…
“Quand vous additionez toutes les banques centrales du monde, cela représente 9000 milliards de dollars”, a dit Marc Doss, investisseur en chef pour la banque privée de la Wells Fargo. “Cela revient à créer la seconde plus grande économie mondiale de rien, de l’air du temps”.
De fait, la banque centrale est un fait économique par lui-même, un empire représentant un marché de multi-trillions dollars qui massage et manipule les marchés, qui répond au doigt et à l’œil à la moindre nouvelle émanant des comités décisionnaires de ces entités.
Qui contrôle l’argent alors ?
Les banques centrales du monde le font.
Et qui donc contrôle ces banques centrales ?
La Banque pour les Règlements Internationaux le fait.
Si nous n’aimons pas ce que fait la BRI, que pouvons-nous y faire ?
Rien. La Banque des Règlements Internationaux est au-dessus des lois…
Peut-être nous sentirions mieux à propos de la BRI si elle était un plus transparente, mais la vaste majorité de ce qu’elle fait, incluant la réunion bimestrielle de ses membres, est enveloppée du mystère du secret. Peut-être plus inquiétant encore, est que la BRI échappe à tout contrôle. De par les droits qui lui sont accordés par la grâce du Conseil Fédéral Suisse, toutes les archives de la banque, tous ses documents et “toute donnée médiatique” sont “inviolables en tout lieu et en tout temps”. De plus, les employés et officiers de la BRI “jouissent de l’immunité de toute jurisdiction criminelle et administrative, dans la mesure où cette immunité n’est pas levée de manière formelle… et ce même après qu’une personne ait cessé d’être officiellement employée de la banque”. Finalement, aucune plainte contre la BRI ou ses dépositaires ne peut être appliquée “sans l’accord préalable de la banque.”
En d’autres termes, elle peut faire absolument ce qu’elle veut, sans conséquence aucune. Que dites-vous de ce parapluie administratif complètement étanche ?
Si la BRI veut “intervenir” dans les marchés financiers, elle le fait tout simplement.
Si la BRI désire sauver de grosses banques ou des nations entières, elle le fait tout simplement.
La BRI me rappelle cette vieille blague:
Q: Où s’assoit un gorille de 400 kg ?
R: Absolument où il le veut.
Alors, quel est le futur pour la BRI ??
Beaucoup ont spéculé que le but n’est éventuelelment que d’obtenir une monnaie mondiale unique, qui ne sera administrée que par une banque centrale unique. La BRI utilse déjà les SDR, considérés comme un précurseur de la monnaie unique à venir. La BRI a joué un grand rôle dans l’adoption de l’Euro et une intégration plus avant des monnaies est certainement dans l’agenda des années à venir…
Au bout du compte, la façon dont vous ressentirez la BRI ne sera que le reflet de ce que vous ressentirez pour une monnaie unique. La banque fut un participant important de la création de l’Euro comme la monnaie commune de l’Europe. Il y a des rumeurs que le prochain projet est de persuader les Etats-Unis, le Canada et le Mexique de passer à une monnaie régionale similaire, qui sera peut-être appelée “l’Amero” et il est logique d’assumer que le but ultime de la banque est une monnaie unique mondiale. Ceci simplifierait les transactions et solidifierait vraiment le contrôle des banques sur l’économie planétaire.
Mais si les Etats-Unis abandonnaient un jour le dollar, ceci constituerait une gifle majeure à notre souveraineté nationale.
Quand quelqu’un d’autre contrôle votre monnaie, il importe peu qui fait les lois. (NdT: Ceci est pourtant déjà en cours aux Etats-Unis puisque la Banque de la Réserve Fédérale est un cartel de banques privées transnational, la monnaie bidon qu’est le dollar US est déà contrôlé par les banques transnationales depuis 1913…)
Malheureusement, l’élite mondialiste semble être absolument obsédée par l’idée d’une monnaie unique mondiale, un système économique unique mondial et un gouvernement mondial le régissant.
Rien de tout ceci ne va se produire cette année, mais les choses bougent en ce sens. Avec chaque nouvelle crise qui émerge, les solutions qui nous seront imposées impliqueront toujours plus de centralisation et toujours plus de mondialisation.
Que pensez-vous donc de tout cela ?

SOURCE: http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/02/08/26366603.html

Vaccin l’aluminium a été considéré comme neurotoxique depuis 1911


risque-vaccin-contre-cancer-uterusCe qui frappe le plus à la réunion annuelle de Keele sur l’aluminium, c’est qu’elle rassemble des scientifiques qui ont clairement choisi la véritable piste de la science  plutôt que celle de l’argent. Ces scientifiques ont gagné toute mon admiration. L’un d’eux que j’ai été particulièrement honorée de rencontrer est Christopher Shaw, spécialiste s’il en est, de toutes les questions touchant à l’aluminium utilisé comme adjuvants dans les vaccins.
 Au cours des recherches qu’il a effectuées au Neural Dynamics Research Group, Shaw a montré que plus les souris étaient exposées à de l’aluminium, plus elles souffraient de troubles neurologiques. Il a fourni un résumé de son dernier projet [1], évoqué les travaux d’autres équipes qui ont aussi mis en valeur le fait que les adjuvants aluminiques des vaccins provoquent de nombreux dommages.
 Au début de son diaporama, Shaw a clairement fait comprendre que L’administration d’aluminium dans les vaccins administrés à de toutes jeunes souris est associé, à long terme, à de sérieux problèmes neurologiques…
 C’est depuis plus d’un siècle que l’aluminium a été considéré comme neurotoxique. C’était déjà en 1911 que le Dr William Gies écrivait :
 « Ces études m’ont convaincu que l’utilisation de l’aluminium dans les aliments ou tout autre composé à base d’aluminium est une pratique dangereuse. Il est bien connu que l’ion aluminium est très toxique. Il a pu être démontré que les éléments nutritifs contenant de l’aluminium se solubilisaient avec le suc gastrique. Il n’est plus possible de mettre en doute le fait que cet aluminium solubilisé soit en partie absorbé et transporté dans toutes les parties du corps par voie sanguine. Il n’a pas encore été possible de démontrer que l’organisme puisse « tolérer » pareil « traitement » sans encourir des conséquences dommageables. Les faits énoncés dans le présent document appuient  ma conviction que l’aluminium devrait être exclu de toute forme de nourriture. » [2]

Il y a longtemps que l’on sait que l’aluminium est toxique une fois ingéré. Par extension, il n’est pas difficile d’imaginer qu’il puisse également être toxique une fois injecté. Il n’est pas impossible qu’il le soit même encore davantage.
 On sait que l’aluminium peut être impliqué dans :
 ·        L’altération de la mémoire, la cognition et le contrôle psychomoteur.
·        L’altération de la neurotransmission et de l’activité synaptique/
·        L’interférence avec la barrière hémato-encéphalique
·        L’activité de pro-oxydant
·        L’activation de l’inflammation du cerveau
·        La dépression du métabolisme du glucose cérébral
·        La promotion de l’amylose
·        L’activation possible des réactions auto-immunes.

L’exposition à l’aluminium est omniprésente dans le monde d’aujourd’hui : médicaments, vaccins, nourriture, eau, cosmétiques, produits de santé, activités industrielles.
 L’aluminium comme adjuvant des vaccins
 La première référence sur l’aluminium en tant qu’adjuvant des vaccins a été publiée en 1926 dans le Journal of Pathology & Bacteriology (« The antigenic value of toxoid precipitated by potassium alum. »
 Aujourd’hui, l’aluminium est homologué pour plusieurs vaccins pédiatriques dont certains sont administrés plusieurs fois…Shaw et son équipe ont pu montrer clairement que lorsque des doses d’aluminium proportionnées à leur poids sont injectées à de jeunes souris, elles sont susceptibles de provoquer des dommages neurologiques.
 Aluminium vaccinal et autisme
 Shaw a déclaré que l’autisme était une affection grave qui impliquait des dysfonctionnements du langage, des problèmes d’interaction sociale, ainsi que des réponses immunitaires. Il y a eu une augmentation spectaculaire de l’autisme depuis les années 1990. Plusieurs hypothèses ont été formulées : modification des gènes, modifications dans les critères de diagnostic, prise de conscience plus importante, augmentation de la population, produits toxiques etc.
 La prévalence des troubles autistiques (TSA) depuis 1990 est clairement illustrée par le graphique suivant.
 Le graphique qui suit montre, par pays, la charge d’aluminium qui pèse sur les enfants par le biais des vaccins au cours des premiers mois de la vie.
 Dans une étude de 2011, Shaw et son équipe ont montré une corrélation extrêmement forte entre l’exposition à des adjuvants aluminiques et le nombre de cas de TSA (Troubles du Spectre Autistique). Les chercheurs ont eu recours à l’analyse statistique dite de Pearson.
 Sur ce dernier graphique, les calculs ont été effectués 3 fois : d’abord pour une exposition faible à l’aluminium vaccinal, puis moyenne et ensuite élevée. Chaque point du graphique représente le nombre de cas enregistrés cette année-là. Les trois lignes inclinées montrent la corrélation de Pearson définie par la relation, calculée à 0,92, ce qui est exceptionnellement élevé et fortement indicatif d’une association entre l’Aluminium des vaccins et les TSA (Troubles du Spectre Autistique).
 Cette étude a aussi révélé que :
 · L’exposition à l’adjuvant aluminique est en rapport avec l’âge auquel l’exposition a eu lieu.
· Les pays qui ont les programmes de vaccination comportant le plus de vaccins adjuvantés à l’aluminium ont les taux les plus élevés de TSA (Troubles du spectre autistique).
· Les Etats-Unis et le Canada ont les taux les plus élevés de TSA, alors que les taux sont plus faibles dans les pays nordiques.
· Huit des neuf critères de Hill apportent les preuves adéquates.
 Les critères de Hill comportent un groupe de questions qui doivent recevoir réponse pour pouvoir, quand il s’agit de maladies, démontrer l’association de la cause et de l’effet. Ces éléments sont :
 · La force des données,
· La cohérence des résultats,
· La plausibilité biologique. Y a-t-il une explication raisonnable aux cause  potentielles de la maladie ?
· La relation temporelle,
· Le gradient biologique,
· La cohérence
· Les preuves expérimentales
· L’analogie avec des preuves similaires,
 · La spécificité.
 Les études animales ont fourni des données importantes qui établissent des liens entre les adjuvants à l’aluminium et les cas de TSA.
 Conclusions
 Le Dr Shaw a montré que :
  L’aluminium est toxique chez l’animal.
· L’aluminium des vaccins a été mis en corrélation avec les Troubles du spectre autistique. La chose est à la fois statistiquement significative et répond, à l’exception d’un seul, à tous les critères de Hill.· Les souris qui ont reçu l’équivalent en aluminium proportionnellement à celui que l’on retrouve dans les doses pédiatriques, fait penser que ses effets sont dose- dépendants. · Les modifications histologiques (= modifications des tissus) comprennent des réactions neuro-inflammatoires chez les souris mâles et femelles.
· Certaines de ces réponses peuvent être provoquées par une réaction auto-immune. Elles peuvent, par conséquent faire partie du syndrome inflammatoire auto- immun.
 Suggestions du Dr Shaw
 · Etudes avec imagerie chez l’homme pour pouvoir déterminer où va l’aluminium et pendant combien de temps il se maintient dans le système nerveux central.· Etudes concernant l’élimination de l’aluminium du système nerveux central.
 Il est bien  évident qu’en ce qui concerne l’aluminium des vaccins,  de grands progrès doivent encore être réalisés en ce qui concerne la cause et les effets….
  Sources:
2.     Some Objections to the Use of Alum Baking PowderJAMA; William J. Gies, Ph.D; doi:10.1001/jama.1911.04260090038015
3.    Aluminum Vaccine Adjuvants: Are They Safe?Journal of Inorganic Biochemisty; L. Tomljenovic and C.A. Shaw; doi:10.1016/j.jinorgbio.2009.05.019.
4.    Aluminum hydroxide injections lead to motor deficits and motor neuron degenerationJournal of Inorganic Biochemisty; Christopher A. Shaw and Michael S. Petrik; 10.1016/j.jinorgbio.2009.05.019
5.    Aluminum Adjuvant Linked to Gulf War Illness Induces Motor Neuron Death in MiceNeuromolecular Medicine. 2007;9(1):83-100; Petrik MS, Wong MC, Tabata RC, Garry RF, Shaw CA
6.    Aluminum-based adjuvants should not be used as placebos in clinical trials, Vaccine; Exley, C; doi: 10.1016/j.vaccine.2011.08.062
8.    ‘ASIA’—Autoimmune/inflammatory syndrome induced by adjuvantsJournal of Autoimmunity; Shoenfeld Y, Agmon-Levin N.; doi: 10.1016/j.jaut.2010.07.003
9.    Long-term persistence of vaccine-derived aluminum hydroxide is associated with chronic cognitive dysfunctionJournal of Inorganic Biochemistry; Couette M, Boisse MF, Maison P, Brugieres P, Cesaro P, Chevalier X, Gherardi RK, Bachoud-Levi AC, Authier FJ; doi: 10.1016/j.jinorgbio.2009.08.005
10. Do aluminum vaccine adjuvants contribute to the rising prevalence of autism? Journal of Inorganic Biochemistry; Lucija Tomljenovic and Christopher A. Shaw; doi:10.1016/j.jinorgbio.2011.08.008
11. Empirical Data Confirm Autism Symptoms Linked to Aluminum and Acetaminophen ExposureJournal of Inorganic Biochemistry; Stephanie Seneff, Robert M. Davidson, and Jingjing Liu;  doi:10.3390/e14112227
12. Mechanisms of aluminum adjuvant toxicity and autoimmunity in pediatric populationsJournal of Inorganic Biology; Tomljenovic, L, Shaw, CA; doi: 10.1177/0961203311430221